Le travail frontalier en Europe : Retour sur le colloque des 5 et 6 mai 2022

Colloque International Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, 5 et 6 mai 2022

Deux millions de frontaliers travaillent en Europe, la plupart d’entre eux en Suisse et au Luxembourg. Malgré l’importance croissante du phénomène, aucune recherche à l’échelle européenne sur les frontaliers ne s’est vraiment développée jusqu’à présent. Le LISER, l’UniGR-Center for Border Studies et d’autres partenaires souhaitaient combler cette lacune en organisant la conférence « Le travail frontalier en Europe » les 5 et 6 mai derniers. Cet évènement s’est tenu dans les locaux de la Chambre des Salariés à Luxembourg et a réuni une centaine d’acteurs et experts européens.

Voir le programme du colloque

Un phénomène multidimensionnel aux nombreux impacts

Une vingtaine d’intervenants venus de plusieurs pays d’Europe (Danemark, Suisse, France, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Pologne, République Tchèque, Espagne…)  se sont succédés à la tribune. Ils ont exposé aux quelques 80 participants leurs recherches relatives aux travailleurs frontaliers et à leurs enjeux socio-économiques, socio-culturels, juridiques, ou encore spatiaux.  

Public lors de la conférence Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, 5 et 6 mai 2022

Le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire du Grand-Duché de Luxembourg, Georges Engel, a ouvert le colloque en soulignant toute l’importance du travail frontalier pour le Luxembourg qui accueille désormais plus de 210 000 travailleurs frontaliers, ces derniers formant 45% de la main-d’œuvre salariée au Luxembourg. Les enjeux liés au travail frontalier sont multiples : le télétravail (au cœur des débats depuis la pandémie), mais aussi la question de la formation, de la mobilité, du défi démographique … Le Ministre a souligné également toute l’importance que les pays puissent « apprendre les uns des autres ». 

Georges Engel, Minitre du Travail du Luxembourg à la tribune

Sur les diverses frontières abordées lors du colloque, les réalités régionales et les pratiques sont très variables. Elles soulignent toute l’hétérogénéité du travail frontalier.  Ce phénomène multidimensionnel présente néanmoins des enjeux communs (questions juridiques à régler, besoins de formations, questions de gouvernance…)  qui mériteraient d’être appréhendés à l’échelle européenne, afin de mutualiser les expériences et bénéficier de synergies.

L’importance de la question méthodologique

La question méthodologique a fait l’objet d’une session spécifique, compte tenu de son importance dans l’analyse du travail frontalier. Les frontières existent dans les données et les chercheurs se heurtent au nationalisme méthodologique. Les différences de définition, de mesure du travail frontalier, ou encore d’échelle sont en effet centrales. L’utilisation de bases de données fiables, récentes et harmonisées constitue un réel défi. Par ailleurs, les travailleurs frontaliers évoluent entre deux pays : pays de résidence et de travail. Il est intéressant de savoir lequel des deux constitue leur référence (en matière de salaire, ou de pratiques comme le droit de grève par exemple).

A l’issue de la première journée, la présence de Jean Asselborn, Ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-Duché de Luxembourg, a souligné toute l’importance de la question des travailleurs frontaliers pour le Luxembourg.

Jean Asselborn, Ministre des Affaires Etrangères du Luxembourg lors du diner de gala.

Une première pierre à l’édifice

Cette conférence fera l’objet d’une publication aux éditions LArcier et d’une poursuite de la coopération sur cette thématique centrale.

 

https://www.youtube.com/watch?v=yso5exX3wfY
Video de la conférence Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, les 5 et 6 mai 2022

Quelques détails en images

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search