Nouvel article: European Border Region Studies in Times of Borderization

Depuis la pandémie de COVID-19, le rôle des frontières ne peut plus être ignoré. Cette évolution globale a également imprégné les régions frontalières européennes en même temps que le virus. Les études sur les régions frontalières européennes sont désormais confrontées à des événements qu’elles n’ont guère eu à traiter jusqu’à présent.

Ce nouvel article de Christian Wille (Université du Luxembourg) aborde ces événements et élabore les processus de frontiérisation et de défrontiérisation dans le contexte de la “covidfencing”. À cette fin, les fermetures de frontières dans la Grande Région SaarLorLux et dans la région frontalière germano-polonaise sont examinées sous l’angle de la “résilience de la société civile”. Cet article en anglais examine la manière dont les études sur les régions frontalières européennes peuvent traiter ces événements et les questions en période de frontiérisation.

Télécharger l’article https://hdl.handle.net/10993/58141

Save the Date

Journée d’étude 2024

La prochaine journée d’étude aura lieu les 10 et 11 juillet 2024 à la SUPSI-Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana (canton du Tessin)  sur le thème “Devenir ou ne pas devenir travailleur frontalier ? Analyse des éléments de mobilisation du travail frontalier”

programme de la journée d’étude

Inscriptions avant le 3 juillet : en présentiel et online
Contact : danuscia.tschudi@supsi.ch

Lamone, Switzerland – 5 October 2017: Train station of Lamone with people on movement in rush hour

Save the Date

Conférence de présentation du livre “Le travail frontalier en Europe. Réalités et Défis”

Le 21 mars 2024 de 16H30 à 18h aura lieu à Bruxelles la présentation du livre

“Le travail frontalier en Europe. Réalités et Défis” paru aux éditions LARCIER.

La conférence est organisée en collaboration avec le Secrétariat Général du Bénélux, en partenariat avec l’UniGR-CBS, l’Université du Luxembourg, l’Université de Lorraine et le LISER.

En présence de Monsieur Antoine Kasel, chef de cabinet de Nicolas Schmit.

La conférence aura lieu en présentiel et online avec traduction (néerlandais, français et allemand).

Plus d’informations sur la conférence

Inscription sous ce lien Formulaire d’inscription

En savoir plus sur le LivreLarcier

 

Comment expliquer ce “Je t’aime moi non plus” entre Suisse et France?

Interview de Cédric Duchêne-Lacroix, à RTS La matinale, le 15 novembre 2023, dans le cadre de la visite d’Etat d’Emmanuel Macron en Suisse

Questions abordées lors de l’interview : quelles explications à cette relation? entre ignorance, méconnaissance ou méfiance ? quelle évolution historique de ces relations? Un intéret pour ce qui se passe chez les voisins? des relations asymétriques et particulières? etc.

Pour visionner la video https://www.rts.ch/play/tv/la-matinale/video/comment-expliquer-ce-je-taime-moi-non-plus-entre-suisse-et-france-interview-de-cedric-duchene-lacroix?urn=urn:rts:video:14470379

Journée d’étude

Coopération, mutualisation, et cohésion face aux tensions sur les marchés transfrontaliers du travail : vers des pratiques de solidarité ?

jeudi 13 juillet 2023 (Université du Luxembourg et On-line)

Les marchés du travail dans les espaces transfrontaliers sont sous pression : entre crises (sanitaire, énergétique, démographique ou encore économique), métiers en tensions, concurrences entre les territoires, les défis sont nombreux.  Quelles sont les perspectives pour les espaces transfrontaliers ? Des voix s’élèvent pour réclamer davantage de cohésion entre les territoires et un développement plus cohérent. La solidarité entre les territoires voisins, en mutualisant les ressources quelles qu’elles soient (et notamment les ressources en main-d’œuvre), est-elle la solution permettant de relever ces défis et de garantir une situation gagnant-gagnant dans les espaces transfrontaliers ?

Cette journée d’étude abordera ces questions centrales lors de deux sessions au cours desquelles des présentations tout d’abord du cas de la Grande Région, puis de la Suisse, exposeront les défis et tenteront d’apporter quelques éléments de réponse.

La journée se clôturera par une table ronde autour de praticiens, de personnalités politiques et scientifiques afin de répondre à la question « Les régions frontalières ont-elles besoin de solidarité pour faire face aux crises et tensions sur le marché du travail ? Mutualisation, co-développement, cohésion en réponse aux tensions?»

Journée d’étude organisée par le groupe de travail UniGR-CBS « Emploi et Formation Transfrontaliers » et le groupe de recherche « LABOR SwissLux – Labour across Borders », dans le cadre de l’UniGR-Center for Border Studies.

Lieu de la journée d’études

Université du Luxembourg, Maison des Sciences Humaines 11 porte des sciences Esch-belval (Black Box au Rez-de-chaussée)

participation on-line possible

Traduction simultanée français<->allemand

Inscription gratuite, mais obligatoire (Possibilité de s’inscrire à la journée entière ou par session) : s’inscrire

 

Programme

DE_Programm_SymposiumTélécharger

Plus d’informations ICI


 

Toujours plus de frontaliers en Suisse : la situation est-elle tenable?

Interview de Sylvain Weber, FORUM (RTS), le 22 février 2023

Parmi les sujets abordés :  La situation est-elle comparable à celle du Luxembourg? Cette hausse de 6% des frontaliers en Suisse est-elle surprenante? La préférence cantonale à l’embauche ne fonctionne-t-elle pas? Quelle est la pression sur les infrastructures de transport? Y a-t-il eu modification dans les resssentiments anti-frontaliers? etc.

Pour voir la video (6 min) : https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/13804827

Podcast : https://www.rts.ch/audio-podcast/2023/audio/toujours-plus-de-frontaliers-en-suisse-la-situation-est-elle-tenable-interview-de-sylvain-weber-25902703.html

 

 

Nouvelle publication

National Populism and Borders. The Politicization of Cross-border Mobilizations in Europe

National Populism and borders (Mazzoleni et al., 2023), Edward Elgar Publishing

Entretien avec Andrea Pilotti, maitre d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et co-auteur de l’ouvrage

Quels sont les principaux résultats de votre chapitre Relations transfrontalières et politisation nationale-populiste: une perspective citoyenne dans 3 régions suisses?

Les trois études de cas se caractérisent par trois typologies de coopération. La région de Bâle constitue l’exemple de coopération positive et de longue date dans un contexte politique où les revendications nationales-populistes de rebordering (c’est-à-dire de renforcement du contrôle des frontières) sont presque absentes et n’affectent pas du tout l’agenda politique de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Au Tessin en revanche la coopération transfrontalière est plus récente et plus conflictuelle. Elle a commencé beaucoup plus tard par rapport à Bâle et Genève. Un contexte de faible intégration sociale et de collaboration institutionnelle limitée qui facilite l’émergence et la consolidation de controverses au cours des années 2000 (notamment à l’encontre des travailleurs·ses frontalier·e·s)  avec la mobilisation nationale-populiste de la Ligue des Tessinois et de l’Union démocratique du centre. Enfin, Genève constitue un exemple de cas « hybride ». D’une part, il affiche la deuxième plus grande proportion de travailleurs·ses frontalier·e·s et voit l’apparition du Mouvement citoyens genevois (MCG) qui a animé le débat politique avec des revendications très similaires à celles de la Ligue des Tessinois (notamment au sujet d’une préférence des résidant·e·s sur le marché de l’emploi ou d’une limitation du nombre de frontalier·e·s) . Mais d’autre part, le succès du MCG a été limité. Après les premiers succès électoraux qui l’ont amené à devenir le deuxième parti du canton de Genève aux élections de 2009 et 2013, il recule sensiblement aux élections cantonales de 2018 (le nombre de sièges au parlement passe de 20 à 11 et le MCG n’est plus que le cinquième parti pour nombre de suffrages). De plus, le canton de Genève se caractérise par un faible taux de soutien aux initiatives nationales-populistes sur les questions européennes ou d’immigration.

Lesquels vous ont le plus surpris ?

Je ne sais pas si l’on peut parler véritablement de surprise, car nous nous attendions quand même à relever des différences dans les opinions des habitant·e·s des trois régions interrogé·e·s sur le thème des relations transfrontalières. Il est vrai néanmoins que nous ne nous attendions pas à ce que les divergences d’opinion apparaissent avec autant de clarté et, je dirais, sans ambiguïté. Les avis des habitant·e·s suisses interpellé·e·s sur la question de la fermeture (rebordering) ou de l’ouverture (debordering) des frontières dans les trois régions (caractérisées d’ailleurs par le taux le plus important de travailleurs et travailleuses frontalier·e·s en Suisse) reflètent de manière fidèle les caractéristiques politiques et institutionnelles des contextes respectifs dans lesquels la coopération transfrontalière a été mise en place et s’est développée.

Comment expliquer de telles différences de perceptions entre le canton du Tessin et celui de Bâle dans les sentiments populistes ?

Les deux régions représentent les deux situations les plus contrastées en Suisse au sujet du thème de la coopération transfrontalière et des jugements que les populations résidantes expriment à cet égard. L’explication des différences observées réside principalement dans les contextes socio-économiques et politiques fort différents entre la région de Bâle et le canton du Tessin qui ont contribué à façonner les opinions des habitant·e·s respectifs·ves. Il existe ainsi une « dépendance au sentier » (path dependency) qui renvoie notamment au rôle des décisions prises au fil du temps par les autorités politiques et qui ont contribué à la construction cumulative d’une approche des relations transfrontalières. Dans la région de Bâle, la coopération transfrontalière est mise sur pied depuis 1963 et, comme déjà évoqué, constitue un exemple de collaboration positive. Au Tessin, l’institutionnalisation de la collaboration est plus récente, datant de 1995 seulement ; de plus, la coopération n’aboutit pas toujours à des résultats jugés performants. Cette différente institutionnalisation des relations transfrontalières dans la réalité bâloise et tessinoise explique aussi l’importance variable jouée par la politisation du thème des frontières. Il existe ainsi une différence substantielle car au Tessin on observe un travail de mobilisation de longue durée des partis nationaux-populistes pour orienter l’opinion des habitant·e·s vers une approche critique et sceptique à l’égard des travailleurs·ses frontalier·e·s et de la coopération transfrontalière en général. Par contre, à Bâle-Ville et à Bâle-Campagne, la mobilisation électorale et référendaire de ces mêmes partis s’avère beaucoup plus faible et marginale.

En savoir plus sur l’étude https://www.e-elgar.com/shop/gbp/national-populism-and-borders-9781802208047.html

Pour toute demande complémentaire andrea.pilotti@unil.ch

Nouvelle étude transfrontalière

Enjeux de la mobilité des jeunes dans l’espace frontalier

par Ines Funk et Christian Wille (UniGR-Center for Border Studies)

 

Apprentissages et cursus universitaires transfrontaliers pendant la pandémie

Apprentissages en alternance et cursus universitaires transfrontaliers font partie des réalités de vie dans les régions frontalières allemandes et françaises. Toutefois la pandémie du Covid-19 a mis les apprentis et les étudiants qui suivent ce type de parcours de formation face à des défis d’envergure. Les fermetures des frontières les ont coupés de leur pays partenaire, ce qui a fortement entravé les possibilités de l’apprentissage transfrontalier. Si les solutions de contacts en ligne ont permis de remplacer, du moins en partie, les séjours à l’étranger, elles n’ont cependant pas permis de remplacer les expériences quotidiennes et d’études qu’offre un séjour dans le pays. C’est entre autres cette expérience qui a été thématisée et analysée par Ines Funk (Université de la Sarre) et Christian Wille (Université du Luxembourg) pour le compte de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) dans le cadre d’une étude scientifique.

Apprentis et étudiants en mode de crise

Cette étude transfrontalière s’intéresse aux jeunes, qui n’ont pratiquement pas été pris en compte dans les analyses qui ont suivi la pandémie. Les auteurs ont analysé dans un premier temps les conséquences de la pandémie pour la formation professionnelle en alternance à la frontière franco-allemande. À cet effet, ils s’appuient sur des interviews qu’ils ont réalisées eux-mêmes et qui permettent un aperçu des dynamiques de la coopération transfrontalière dans le domaine professionnel pour cette période qui a été marquée non seulement par le Covid-19, mais aussi par une réorganisation institutionnelle. Par la suite, les auteurs présentent les résultats d’un sondage qu’ils ont réalisé auprès d’étudiants en licence et en master suivant des programmes d’études à proximité de la frontière au sein de la Grande Région. Ce travail a été coordonné par l’Université de la Sarre et informe sur la mobilité physique et virtuelle des étudiants, sur leurs contacts sociaux ainsi que sur les besoins en termes de conseil et de soutien pour les années 2020 et 2021. Les résultats sont illustrés à travers des exemples éloquents évoquant les expériences des étudiants du master trinational en Border Studies de l’UniGR.

Télécharger l’étude Funk, Ines / Wille, Christian (2022) : Enjeux de la mobilité des jeunes dans l’espace frontalier. Apprentissages et cursus universitaires transfrontaliers pendant la pandémie : expériences et perspectives. Panorama. Analyses franco-allemandes et européennes 2. Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, en ligne www.ofaj.org/panorama-2

 

Le marché du travail transfrontalier

Interview avec Rachid Belkacem, Maître de conférences (Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales (2L2S), UniGR- Center for Border Studies)

Dans le cadre du projet de recherche Skillmatch INSUBRIA , Ornella Larenza, chercheure à l’Université professionnelle de la Suisse Italienne (SUPSI) tente de comprendre les inadéquations qui existent sur le marché du travail. Elle a ainsi interrogé plusieurs spécialistes des marchés du travail transfrontaliers afin de comprendre si le travail frontalier pouvait constituer une solution aux tensions existant sur le marché.

Qu’est-ce que le projet Skillmatch INSUBRIA?

C’est un projet Interreg qui porte sur la question du décalage entre les compétences requises par le marché du travail dans la région transfrontalière de l’Insubria (Tessin + Italie) et celles qui sont possédées par les travailleurs/travailleuses actuel-le-s et futures. Informations sur le projet

5 partenaires y participent : Supsi + Division de la formation professionnelle du Canton du Tessin + Università Liuc Cattaneo + Università dell’Insubria + PTSCLas

Quel est l’objectif de cet entretien ?

Comprendre les enjeux du marché du travail transfrontalier à travers les mots d’un expert et autour des thématiques suivantes :

  • définition du marché du travail transfrontalier
  • différences et complémentarités des territoires transfrontaliers
  • défis et opportunités
  • enjeux de la formation transfrontalière
  • impact de la digitalisation sur le marché du travail transfrontalier
  • conséquences de la pandémie sur le marché du travail transfrontalier.

Quelles sont les principales conclusions?

Le marché du travail transfrontalier est un système d’acteurs complexe (pas seulement une question de rencontre de l’offre et de la demande de travail) dont le défi est de gérer les complémentarités afin que toutes le communautés qui le composent puissent en bénéficier.

Video de l’entretien avec Rachid Belkacem Video

Pour toute question complémentaire, vous pouvez contacter Ornella Larenza (ornella.larenza@supsi.ch

 

« Ici et là-bas, les mondes connectés des travailleurs frontaliers »

Exposition-photo présentée à Lausanne, le 12 juillet 2022 à l’occasion de la journée d’étude annuelle. 



Entretien avec Nasser Tafferant,  sociologue et documentariste, auteur de plusieurs photos prises en immersion auprès des travailleurs frontaliers en Suisse Romande


Les mondes des frontaliers que tu as pu suivre sont-ils connectés ou déconnectés ? et dans  quels domaines ? Comment peut-on l’expliquer ?

La première réponse que l’on peut donner est que l’interconnexion de ces deux mondes dépend en grande partie de l’ancienneté dans le travail frontalier. Celles et ceux qui sillonnent ainsi depuis de nombreuses années les routes pour se rendre à leur travail en Suisse romande ont su trouver le bon équilibre leur permettant d’être connecté.e.s à la fois ici et là-bas. A titre d’exemple concret, les frontaliers restent joignables en cas d’urgence sur leur téléphone cellulaire lorsqu’ils sont au travail. D’autres n’hésitent pas à écrire des messages ou émettre des appels vers la France durant les pauses, profitant ainsi des tarifications avantageuses mises sur le marché par certains opérateurs téléphoniques. Pour cela, les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux… sont autant d’outils qui assurent une connexion quasi permanente avec le pays de résidence où la vie suit son cours normal dans les domaines de la vie familiale, associative, de la santé, de divers projets personnels.

Si déconnexion il y a, celle-ci n’est que temporaire. Pour les travailleurs frontaliers expérimentés, celle-ci s’opère plus ou moins discrètement en situation de travail par souci de rigueur professionnelle. En revanche, s’agissant des frontaliers débutants, la connexion entre les deux mondes reste encore à établir de façon optimale, tant leur paraît grand l’effort d’adaptation à un nouveau monde du travail avec ses codes, ses procédures, ses mentalités qu’ils ne maitrisent pas encore. Pour ces frontaliers débutants, non seulement la connexion est difficile, et j’ajouterai que la déconnexion leur est dans un premier temps nécessaire afin de prendre les marques là-bas sans s’emmêler les pinceaux, souffler un peu lorsqu’ils retrouvent le domaine du chez-soi là où les repères sont les plus stables.

« Travailler aux confins », Bardonnex, 27 février 2017, 7:58 a.m. ©Nasser Tafferant

 

Est-ce propre à la Suisse Romande ?

Non, je ne pense pas que ce soit propre à la Suisse romande. Je pense que c’est une expérience universelle relative aux lieux frontières et plus généralement à tous ces lieux de passage qui voient défiler quotidiennement des travailleurs étrangers. A l’évidence, ces passages n’ont pas qu’une simple fonction professionnelle. Je pense que l’esprit du voyageur, de l’aventurier, du routard prévaut dans l’esprit du travailleur frontalier. Et ce n’est que par ce biais aventureux que la magie des rapprochements culturels opère. Des amitiés et des amours peuvent ainsi voir le jour dans l’entre-deux, pour parfois ne finir que d’un seul côté de la frontière. J’aime l’idée d’un nomadisme professionnel qui incline le travailleur frontalier à dépasser l’image de simple collègue pour mieux le découvrir, et aussi lui transmettre une part de soi.

 « On sent qu’on n’est pas dans le même tempo (que les résidents suisses). Les gens te proposent d’aller boire un coup dans le bar d’à côté, mais moi je ne peux pas le faire parce que j’ai mon train à prendre. C’est dommage parce qu’on rate plein de choses. Un des problèmes fondamentaux du frontalier, c’est que le tissu social se construit beaucoup plus lentement. Vous êtes déconnecté de tout ce qui fait la vie sociale. Or, l’une des caractéristiques en Suisse, c’est qu’il y a un temps pour le travail, un temps pour le loisir, et ce n’est jamais le même moment ni jamais le même endroit », Eddy, 45 ans, Consultant marketing à Genève.

Comment as-tu procédé pour prendre des photos et recueillir les témoignages ?

J’ai simplement procédé par immersion, tirant avantage du fait que j’étais moi-même un frontalier au moment où je participais à cette enquête sociologique passionnante sur les travailleurs frontaliers en Suisse romande. J’ai d’abord pris le temps de tisser des liens de camaraderie et de confiance au cours des trajets quotidiens. Les lieux de halte, les trajets qui n’en finissaient pas aux heures de pointe, cela nous inclinait à faire connaissance pour « tuer le temps » comme on dit, et rendre les retours au domicile plus plaisants. Les trajets nous paraissaient ainsi plus confortables et « raccourcis ». Dans un second temps, une fois que l’on m’avait identifié dans ma peau de sociologue, j’invitais les passagers à participer à l’enquête de terrain en répondant à quelques questions. Ce n’est que dans un troisième et dernier temps que j’examinais la possibilité de les prendre en photo durant les trajets avec leur accord. Quant aux passagers qui ne souhaitaient pas être photographiés, je leur demandais de m’indiquer les chemins qu’ils empruntent chaque jour, par-delà la frontière, pour se rendre à leur travail, et vice-versa à leur domicile. Puis j’allais à leurs traces d’une certaine façon, pour photographier ces lieux de passage. De retour au bureau, ces photos avaient pour moi la valeur de données ethnographiques précieuses que je pouvais en outre associer aux témoignages. L’idée me vint que la première chose que je devais faire, c’était de créer une exposition.

 

 

Journée d’étude

Emploi , Mobilités et Identités au prisme des frontières 

Mardi  12 juillet 2022, Université de Lausanne

Journée d’études Emploi, mobilités et identités au prisme des frontières, 12 juillet 2022

Le groupe de recherche LABOR SwissLux – Labour Across Borders est un groupe pluridisciplinaire multi-site et plurilingue qui rassemble des chercheurs et des chercheuses des Universités de Suisse, du Luxembourg et de France. Les activités du groupe portent notamment sur différents aspects du travail, de la mobilité et du contexte sociopolitique des régions transfrontalières en Suisse et au Luxembourg.

La journée d’étude 2022 du groupe de recherche aura lieu mardi 12 juillet de 10h00 à 16h00, à l’Université de Lausanne, Géopolis, salle 1628.

La journée s’articulera autour d’une partie scientifique (le matin, avec quatre présentations de recherches) et d’une table ronde (l’après-midi) réunissant des représentants des frontaliers, des entreprises et la déléguée cantonale aux affaires transfrontalières.

Lieu de la journée d’études

Université de Lausanne, Géopolis, salle 1628

Programme

Inscription gratuite, mais requise (pour des questions d’organisation) : andrea.pilotti@unil.ch

Plus d’informations ici

Le travail frontalier en Europe : Retour sur le colloque des 5 et 6 mai 2022

Colloque International Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, 5 et 6 mai 2022

Deux millions de frontaliers travaillent en Europe, la plupart d’entre eux en Suisse et au Luxembourg. Malgré l’importance croissante du phénomène, aucune recherche à l’échelle européenne sur les frontaliers ne s’est vraiment développée jusqu’à présent. Le LISER, l’UniGR-Center for Border Studies et d’autres partenaires souhaitaient combler cette lacune en organisant la conférence « Le travail frontalier en Europe » les 5 et 6 mai derniers. Cet évènement s’est tenu dans les locaux de la Chambre des Salariés à Luxembourg et a réuni une centaine d’acteurs et experts européens.

Voir le programme du colloque

Un phénomène multidimensionnel aux nombreux impacts

Une vingtaine d’intervenants venus de plusieurs pays d’Europe (Danemark, Suisse, France, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Pologne, République Tchèque, Espagne…)  se sont succédés à la tribune. Ils ont exposé aux quelques 80 participants leurs recherches relatives aux travailleurs frontaliers et à leurs enjeux socio-économiques, socio-culturels, juridiques, ou encore spatiaux.  

Public lors de la conférence Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, 5 et 6 mai 2022

Le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire du Grand-Duché de Luxembourg, Georges Engel, a ouvert le colloque en soulignant toute l’importance du travail frontalier pour le Luxembourg qui accueille désormais plus de 210 000 travailleurs frontaliers, ces derniers formant 45% de la main-d’œuvre salariée au Luxembourg. Les enjeux liés au travail frontalier sont multiples : le télétravail (au cœur des débats depuis la pandémie), mais aussi la question de la formation, de la mobilité, du défi démographique … Le Ministre a souligné également toute l’importance que les pays puissent « apprendre les uns des autres ». 

Georges Engel, Minitre du Travail du Luxembourg à la tribune

Sur les diverses frontières abordées lors du colloque, les réalités régionales et les pratiques sont très variables. Elles soulignent toute l’hétérogénéité du travail frontalier.  Ce phénomène multidimensionnel présente néanmoins des enjeux communs (questions juridiques à régler, besoins de formations, questions de gouvernance…)  qui mériteraient d’être appréhendés à l’échelle européenne, afin de mutualiser les expériences et bénéficier de synergies.

L’importance de la question méthodologique

La question méthodologique a fait l’objet d’une session spécifique, compte tenu de son importance dans l’analyse du travail frontalier. Les frontières existent dans les données et les chercheurs se heurtent au nationalisme méthodologique. Les différences de définition, de mesure du travail frontalier, ou encore d’échelle sont en effet centrales. L’utilisation de bases de données fiables, récentes et harmonisées constitue un réel défi. Par ailleurs, les travailleurs frontaliers évoluent entre deux pays : pays de résidence et de travail. Il est intéressant de savoir lequel des deux constitue leur référence (en matière de salaire, ou de pratiques comme le droit de grève par exemple).

A l’issue de la première journée, la présence de Jean Asselborn, Ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-Duché de Luxembourg, a souligné toute l’importance de la question des travailleurs frontaliers pour le Luxembourg.

Jean Asselborn, Ministre des Affaires Etrangères du Luxembourg lors du diner de gala.

Une première pierre à l’édifice

Cette conférence fera l’objet d’une publication aux éditions LArcier et d’une poursuite de la coopération sur cette thématique centrale.

 

https://www.youtube.com/watch?v=yso5exX3wfY
Video de la conférence Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, les 5 et 6 mai 2022

Quelques détails en images

Colloque : Le travail frontalier en Europe : pratiques et réalités régionales

Colloque international, 5 et 6 mai 2022

Colloque International Le travail frontalier en Europe, Luxembourg, 5 et 6 mai 2022

Deux millions de frontaliers travaillent en Europe, la plupart d’entre eux en Suisse et au Luxembourg. Malgré l’importance croissante du phénomène, aucune recherche européenne sur les frontaliers ne s’est vraiment développée. Le LISER, l’UniGR-Center for Border Studies et d’autres partenaires souhaitent combler cette lacune en organisant la conférence « Le travail frontalier en Europe » les 5 et 6 mai. Des questions socio-économiques, socioculturelles et méthodologiques seront discutées  autour de 20 communications  internationales et d’une table ronde. Les langues de travail seront le français et l’anglais avec interprétation.

Avec la participation du Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire et du Ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-Duché de Luxembourg.

Lieu du colloque

  • Chambre des salariés 2-4 Rue Pierre Hentges Luxembourg

Inscription (avant le 15 Avril) ici

Programme

Équipe organisatrice

  • Franz Clément, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)
  • Rachid Belkacem, UniGR-Center for Border Studies (Université de Lorraine)
  • Isabelle Pigeron-Piroth, UniGR-Center for Border Studies (Université du Luxembourg)
  • Christian Wille, UniGR-Center for Border Studies (Université du Luxembourg)
 

Comité scientifique

  • Andrea Albanese, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)
  • Rachid Belkacem, UniGR-Center for Border Studies (Université de Lorraine)
  • Franz Clément, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)
  • Frédéric Docquier, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)
  • Peter Dörrenbächer, UniGR-Center for Border Studies (Université de la Sarre)
  • Frédéric Durand, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)
  • Grégory Hamez, UniGR-Center for Border Studies (Université de Lorraine)
  • Isabelle Pigeron-Piroth, UniGR-Center for Border Studies (Université du Luxembourg)
  • Christian Wille, UniGR-Center for Border Studies (Université du Luxembourg)

 

Réunion préparatoire de la prochaine journée d’étude de juillet 2022

Réunion du 17 février 2022

Notre prochaine journée d’étude aura lieu les 11 et 12 juillet prochains à l’Université de Lausanne.

La journée du 12 juillet aura pour thème « Emploi , Mobilités et Identités au prisme des frontières ».

Elle s’articulera autour de quatre présentations scientifiques et d’une table ronde.

Plus d’informations sous peu.

Contact : andrea.pilotti@unil.ch (organisateur du séminaire)

Conference

Border Renaissance: Recent Developments in Territorial, Cultural, and Linguistic Border Studies

Conference of the Interreg VA-Project “European Center for Competence and Knowledge in Border Studies” within the UniGR-Center for Border Studies (UniGR-CBS)

4-5th February 2022, Saarland University, on-line and on-site

Conference Border Renaissance 4/5 fev 2022

A renaissance of borders has been observed for the last two decades. This development suggests that we have entered an age of borders both on a global scale and in the European border regions. Against this background, border studies in particular is called upon to provide appropriate knowledge regarding orientation and action.

Since its beginnings, the UniGR-CBS has asserted itself as a generator of knowledge in multidisciplinary Border research, developing a profile which ranges from geography and spatial planning to linguistics, literature and cultural studies.

The aim of the conference is, on the one hand, to elaborate the renaissance of the border in various thematic fields and to identify its challenges for future research. For this purpose, recent developments in territorial, cultural and linguistic border research will be applied. On the other hand, the research strands of spatial and cultural border research conducted in the UniGR-CBS will be brought together. This will consolidate the cooperation within the UniGR-CBS and strengthen the dialogue with international border researchers.

More information

Panel Etrangers Familiers : Les travailleurs frontaliers en Suisse

Vendredi 4 février 14H- 15H30 (Langue : Français)

PAnel Etrangers Familiers lors de la conférence Border Renaissance 4 février 2022

Souvent appréciés, parfois décriés, les travailleurs frontaliers occupent une place importante dans le paysage économique, politique et social de Suisse. Dans certains cantons, ils constituent depuis plusieurs décennies un des facteurs de la croissance économique. Pourtant, ils sont relativement peu connus. A cheval entre deux pays, leurs modes de vie, leur statut spécifique, leur pratique de la frontière interrogent. Ils sont ainsi qualifiés d’Etrangers familiers. Le panel s’attachera à présenter l’emploi et les pratiques de travailleurs frontaliers en Suisse ainsi que quelques éléments de conceptualisation, à la lumière d’entretiens mais également de données statistiques, révélant au passage la diversité des situations selon les cantons, et la grande variété des profils des frontaliers, mais aussi les similitudes et différences avec le travail frontalier que nous connaissons dans la Grande Région.

Avec 3 interventions :

1 : Isabelle Pigeron-Piroth (Université du Luxembourg)  : Eclairage sur le travail frontalier en Suisse : une mosaïque de profils selon les cantons de travail

2. Claudio Bolzman et Nasser Tafferant (Haute école de travail social (HES-SO-Genève): De la recherche d’un premier emploi aux pratiques extra-professionnelles des travailleurs frontaliers en Suisse romande.

3. Cédric Duchêne-Lacroix (Université de Bâle et HEIG-VD d’Yverdon) :  Qu’est-ce que le frontalier ? Proposition de canevas

Pour s’inscrire

Plus d’informations sur le panel  et le programme 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search