Nouvel article: European Border Region Studies in Times of Borderization

Depuis la pandémie de COVID-19, le rôle des frontières ne peut plus être ignoré. Cette évolution globale a également imprégné les régions frontalières européennes en même temps que le virus. Les études sur les régions frontalières européennes sont désormais confrontées à des événements qu’elles n’ont guère eu à traiter jusqu’à présent.

Ce nouvel article de Christian Wille (Université du Luxembourg) aborde ces événements et élabore les processus de frontiérisation et de défrontiérisation dans le contexte de la “covidfencing”. À cette fin, les fermetures de frontières dans la Grande Région SaarLorLux et dans la région frontalière germano-polonaise sont examinées sous l’angle de la “résilience de la société civile”. Cet article en anglais examine la manière dont les études sur les régions frontalières européennes peuvent traiter ces événements et les questions en période de frontiérisation.

Télécharger l’article https://hdl.handle.net/10993/58141

Save the Date

Conférence de présentation du livre “Le travail frontalier en Europe. Réalités et Défis”

Le 21 mars 2024 de 16H30 à 18h aura lieu à Bruxelles la présentation du livre

“Le travail frontalier en Europe. Réalités et Défis” paru aux éditions LARCIER.

La conférence est organisée en collaboration avec le Secrétariat Général du Bénélux, en partenariat avec l’UniGR-CBS, l’Université du Luxembourg, l’Université de Lorraine et le LISER.

En présence de Monsieur Antoine Kasel, chef de cabinet de Nicolas Schmit.

La conférence aura lieu en présentiel et online avec traduction (néerlandais, français et allemand).

Plus d’informations sur la conférence

Inscription sous ce lien Formulaire d’inscription

En savoir plus sur le LivreLarcier

 

Nouvelle publication

National Populism and Borders. The Politicization of Cross-border Mobilizations in Europe

National Populism and borders (Mazzoleni et al., 2023), Edward Elgar Publishing

Entretien avec Andrea Pilotti, maitre d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et co-auteur de l’ouvrage

Quels sont les principaux résultats de votre chapitre Relations transfrontalières et politisation nationale-populiste: une perspective citoyenne dans 3 régions suisses?

Les trois études de cas se caractérisent par trois typologies de coopération. La région de Bâle constitue l’exemple de coopération positive et de longue date dans un contexte politique où les revendications nationales-populistes de rebordering (c’est-à-dire de renforcement du contrôle des frontières) sont presque absentes et n’affectent pas du tout l’agenda politique de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Au Tessin en revanche la coopération transfrontalière est plus récente et plus conflictuelle. Elle a commencé beaucoup plus tard par rapport à Bâle et Genève. Un contexte de faible intégration sociale et de collaboration institutionnelle limitée qui facilite l’émergence et la consolidation de controverses au cours des années 2000 (notamment à l’encontre des travailleurs·ses frontalier·e·s)  avec la mobilisation nationale-populiste de la Ligue des Tessinois et de l’Union démocratique du centre. Enfin, Genève constitue un exemple de cas « hybride ». D’une part, il affiche la deuxième plus grande proportion de travailleurs·ses frontalier·e·s et voit l’apparition du Mouvement citoyens genevois (MCG) qui a animé le débat politique avec des revendications très similaires à celles de la Ligue des Tessinois (notamment au sujet d’une préférence des résidant·e·s sur le marché de l’emploi ou d’une limitation du nombre de frontalier·e·s) . Mais d’autre part, le succès du MCG a été limité. Après les premiers succès électoraux qui l’ont amené à devenir le deuxième parti du canton de Genève aux élections de 2009 et 2013, il recule sensiblement aux élections cantonales de 2018 (le nombre de sièges au parlement passe de 20 à 11 et le MCG n’est plus que le cinquième parti pour nombre de suffrages). De plus, le canton de Genève se caractérise par un faible taux de soutien aux initiatives nationales-populistes sur les questions européennes ou d’immigration.

Lesquels vous ont le plus surpris ?

Je ne sais pas si l’on peut parler véritablement de surprise, car nous nous attendions quand même à relever des différences dans les opinions des habitant·e·s des trois régions interrogé·e·s sur le thème des relations transfrontalières. Il est vrai néanmoins que nous ne nous attendions pas à ce que les divergences d’opinion apparaissent avec autant de clarté et, je dirais, sans ambiguïté. Les avis des habitant·e·s suisses interpellé·e·s sur la question de la fermeture (rebordering) ou de l’ouverture (debordering) des frontières dans les trois régions (caractérisées d’ailleurs par le taux le plus important de travailleurs et travailleuses frontalier·e·s en Suisse) reflètent de manière fidèle les caractéristiques politiques et institutionnelles des contextes respectifs dans lesquels la coopération transfrontalière a été mise en place et s’est développée.

Comment expliquer de telles différences de perceptions entre le canton du Tessin et celui de Bâle dans les sentiments populistes ?

Les deux régions représentent les deux situations les plus contrastées en Suisse au sujet du thème de la coopération transfrontalière et des jugements que les populations résidantes expriment à cet égard. L’explication des différences observées réside principalement dans les contextes socio-économiques et politiques fort différents entre la région de Bâle et le canton du Tessin qui ont contribué à façonner les opinions des habitant·e·s respectifs·ves. Il existe ainsi une « dépendance au sentier » (path dependency) qui renvoie notamment au rôle des décisions prises au fil du temps par les autorités politiques et qui ont contribué à la construction cumulative d’une approche des relations transfrontalières. Dans la région de Bâle, la coopération transfrontalière est mise sur pied depuis 1963 et, comme déjà évoqué, constitue un exemple de collaboration positive. Au Tessin, l’institutionnalisation de la collaboration est plus récente, datant de 1995 seulement ; de plus, la coopération n’aboutit pas toujours à des résultats jugés performants. Cette différente institutionnalisation des relations transfrontalières dans la réalité bâloise et tessinoise explique aussi l’importance variable jouée par la politisation du thème des frontières. Il existe ainsi une différence substantielle car au Tessin on observe un travail de mobilisation de longue durée des partis nationaux-populistes pour orienter l’opinion des habitant·e·s vers une approche critique et sceptique à l’égard des travailleurs·ses frontalier·e·s et de la coopération transfrontalière en général. Par contre, à Bâle-Ville et à Bâle-Campagne, la mobilisation électorale et référendaire de ces mêmes partis s’avère beaucoup plus faible et marginale.

En savoir plus sur l’étude https://www.e-elgar.com/shop/gbp/national-populism-and-borders-9781802208047.html

Pour toute demande complémentaire andrea.pilotti@unil.ch

Nouvelle étude transfrontalière

Enjeux de la mobilité des jeunes dans l’espace frontalier

par Ines Funk et Christian Wille (UniGR-Center for Border Studies)

 

Apprentissages et cursus universitaires transfrontaliers pendant la pandémie

Apprentissages en alternance et cursus universitaires transfrontaliers font partie des réalités de vie dans les régions frontalières allemandes et françaises. Toutefois la pandémie du Covid-19 a mis les apprentis et les étudiants qui suivent ce type de parcours de formation face à des défis d’envergure. Les fermetures des frontières les ont coupés de leur pays partenaire, ce qui a fortement entravé les possibilités de l’apprentissage transfrontalier. Si les solutions de contacts en ligne ont permis de remplacer, du moins en partie, les séjours à l’étranger, elles n’ont cependant pas permis de remplacer les expériences quotidiennes et d’études qu’offre un séjour dans le pays. C’est entre autres cette expérience qui a été thématisée et analysée par Ines Funk (Université de la Sarre) et Christian Wille (Université du Luxembourg) pour le compte de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) dans le cadre d’une étude scientifique.

Apprentis et étudiants en mode de crise

Cette étude transfrontalière s’intéresse aux jeunes, qui n’ont pratiquement pas été pris en compte dans les analyses qui ont suivi la pandémie. Les auteurs ont analysé dans un premier temps les conséquences de la pandémie pour la formation professionnelle en alternance à la frontière franco-allemande. À cet effet, ils s’appuient sur des interviews qu’ils ont réalisées eux-mêmes et qui permettent un aperçu des dynamiques de la coopération transfrontalière dans le domaine professionnel pour cette période qui a été marquée non seulement par le Covid-19, mais aussi par une réorganisation institutionnelle. Par la suite, les auteurs présentent les résultats d’un sondage qu’ils ont réalisé auprès d’étudiants en licence et en master suivant des programmes d’études à proximité de la frontière au sein de la Grande Région. Ce travail a été coordonné par l’Université de la Sarre et informe sur la mobilité physique et virtuelle des étudiants, sur leurs contacts sociaux ainsi que sur les besoins en termes de conseil et de soutien pour les années 2020 et 2021. Les résultats sont illustrés à travers des exemples éloquents évoquant les expériences des étudiants du master trinational en Border Studies de l’UniGR.

Télécharger l’étude Funk, Ines / Wille, Christian (2022) : Enjeux de la mobilité des jeunes dans l’espace frontalier. Apprentissages et cursus universitaires transfrontaliers pendant la pandémie : expériences et perspectives. Panorama. Analyses franco-allemandes et européennes 2. Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, en ligne www.ofaj.org/panorama-2

 

Nouvelle Publication

L’effet des fluctuations financières sur le nombre de travailleurs frontaliers : une analyse comparative du Luxembourg et de la Suisse

Vincent FROMENTIN, Joris MICHEL, Sylvain WEBER

Couverture du numero 53 de la revue Region et Développement consacré à la migration et au développement inclusif

 

Cet article présente une analyse des effets des fluctuations financières sur le nombre de travailleurs frontaliers en Suisse et au Luxembourg. Des tests de causalité (dans le domaine fréquentiel et non-linéaire) sont effectués à partir de cinq variables : le nombre de travailleurs frontaliers, le nombre de travailleurs résidents, des indices boursiers, la valeur ajoutée du secteur financier et la valeur ajoutée totale. Les résultats montrent que, dans les deux pays, les travailleurs frontaliers présentent une évolution plus volatile et sont plus fortement et plus rapidement impactés par “l’instabilité financière” et les fluctuations que les travailleurs résidents. Ces résultats peuvent s’expliquer par le poids du secteur financier dans ces deux économies, la segmentation du marché du travail et les interrelations entre la sphère financière et l’économie réelle.

Plus d’informations :

https://regionetdeveloppement.univ-tln.fr/2021-numero-53/

Publication chez l’Harmattan

Un ouvrage collectif sur les travailleurs frontaliers en Suisse intitulé:

« ÉTRANGERS FAMILIERS Les travailleurs frontaliers en Suisse: Conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques »

vient de paraitre aux Editions l’Harmattan.

La Suisse est le pays d’Europe attirant le plus grand effectif de travailleurs frontaliers (343 000 fin 2020), avec une forte augmentation durant les dernières décennies. La pandémie a par ailleurs souligné les interdépendances entre les pays et le rôle central du travail frontalier dans certaines régions transfrontalières.

 

Couverture de l’ouvrage Etrangers familiers. Les travailleurs frontaliers en Suissse : conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques (Bolzman, Pigeron-Piroth, Duchêne-Lacroix, 2021, L’Harmattan)

Entretien avec les éditeurs Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth et Cédric Duchêne-Lacroix

Pourquoi un projet de livre sur le travail frontalier ? et pourquoi en Suisse ?

Par leur va-et-vient quotidien, les frontaliers assurent de la continuité entre différents espaces tout en expérimentant la discontinuité politique et institutionnelle. La pandémie a par ailleurs souligné les interdépendances entre les pays et le rôle central du travail frontalier dans certains secteurs d’activité et pour certaines régions transfrontalières (certains cantons suisses ou encore au Luxembourg).

Comme la Suisse est le pays d’Europe attirant le plus grand effectif de travailleurs frontaliers (343 000 fin 2020), avec une forte augmentation durant les dernières décennies, le choix de la Suisse comme espace d’analyse s’est imposé. Souvent appréciés, parfois décriés, ces travailleurs frontaliers occupent une place importante dans le paysage économique, politique et social de Suisse. Pourtant, ils sont relativement peu connus. A cheval entre deux pays, leurs modes de vie, leur statut spécifique, leur pratique de la frontière interrogent. Dans ce livre, leur emploi, leur quotidien et leurs pratiques sont passés au crible à la lumière d’entretiens et de données statistiques, révélant au passage la diversité des situations selon les cantons (Genève, Bâle, le Tessin, Vaud, le Jura et Neuchâtel).

Pourquoi ce terme d’Etrangers familiers comme titre de l’ouvrage ?

Parce que les travailleurs frontaliers sont à la fois des étrangers, vivant dans un autre pays et n’ayant pas la nationalité de leur pays d’emploi. Mais ils sont également familiers, car ils traversent la frontière pour exercer leur activité professionnelle et parfois d’autres activités (comme le shopping) en Suisse. Cette population familière est côtoyée tous les jours, mais finalement peu connue.

Quels sont vos principaux résultats ?

Plusieurs facettes du travail frontalier apparaissent à travers cet ouvrage.

Tout d’abord à travers la difficile identification, et mesure du travail frontalier, le livre aborde les aspects méthodologiques de la recherche sur le travail frontalier. La difficulté est aussi celle de la comparabilité :  la question des définitions et des échelles de part et d’autre des frontières est centrale. Trouver des indicateurs et des sources réellement transfrontaliers et comparables est un vrai défi à relever.

La prise en compte de la complexité et de l’épaisseur  de l’espace frontière est nécessaire afin de dépasser le simple trait sur une carte. Une grille d’analyse à plusieurs dimensions et paramètres fournit des outils conceptuels plus appropriés à la spécificité de ces espaces.

La grande diversité de profils des travailleurs frontaliers selon leur canton de travail en Suisse est nette. Elle est liée entre autres aux spécificités territoriales et aux ancrages de certaines activités historiques (comme l’horlogerie dans l’Arc jurassien, l’industrie à Bâle …). Près d’un frontalier sur quatre travaillant à Bâle, à Vaud  ou au Tessin a un emploi dans l’industrie, c’est près de 50% dans le Jura et à Neuchâtel. Alors qu’à Genève, l’activité des frontaliers est plus variée, entre le commerce, la santé, l’industrie mais aussi le travail intérimaire et les activités scientifiques (en forte hausse ces vingt dernières années).

La diversité des pratiques mais aussi des perceptions, se note également lorsqu’on analyse les personnes accédant (ou souhaitant accéder) à l’emploi frontalier. Les situations professionnelles en amont du projet frontalier sont très contrastées. On est parfois frontaliers de père/mère en fils/fille. Et le fait de devenir frontalier peut être pour certains un objectif, pour d’autres un hasard, ou encore une simple étape de leur trajectoire professionnelle.

Les frontaliers ne sont pas uniquement des travailleurs : ils ont des pratiques transfrontalières. L’intensité des activités extra-professionnelles (associatives, syndicales…)  en Suisse varie en fonction du nombre d’années de travail en Suisse, du lieu de résidence et du type de travail, mais aussi du fait d’avoir déjà séjourné ou fait des études en Suisse.

Quel est le lien entre ce livre et le Groupe de recherche helvético-luxembourgeois LABOR SwissLux ?

Les travaux menés pour cet ouvrage ont constitué les prémices de la création du groupe LABOR SwissLux. Les auteurs de ce livre sont les membres fondateurs de ce groupe de chercheurs de Suisse et du Luxembourg intéressés par ces questionnements autour du travail frontalier, et notamment les similitudes et différences pour ces deux pays qui attirent à eux deux plus d’un demi-million de travailleurs frontaliers, et qui ont donné lieu à une conférence et une publication sur ce thème (voir http://cbs.uni-gr.eu/fr/ressources/publications/cahiers-thematiques/borders-perspective-vol-2  )

Données bibliographiques

Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth et Cédric Duchene-Lacroix (Ed.) : Étrangers familiers. Les travailleurs frontaliers en Suisse : Conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques. L’Harmattan, 2021.

Plus d’informations : https://www.editions-harmattan.fr/livre-etrangers_familiers_les_travailleurs_frontaliers_en_suisse_conceptualisation_emploi_quotidien_et_pratiques_claudio_bolzman_isabelle_pigeron_piroth_cedric_duchene_lacroix-9782343237596-71385.html

Les auteurs (par ordre alphabétique) : Rachid Belkacem, Claudio Bolzman, Cédric Duchêne-Lacroix, Isabelle Pigeron-Piroth, Nasser Tafferant, Paola Solcà.

Les éditeurs

Claudio Bolzman est docteur en sociologie de l’Université de Genève. Il est professeur honoraire à la Haute école de travail social (HES-SO-Genève), et professeur associé au Master international en migrations et au Doctorat en mobilité humaine de l’Université de Valencia. Il est l’auteur de nombreuses publications sur les questions migratoires, transfrontalières et transnationales.

Isabelle Pigeron-Piroth est chercheure à l’Université du Luxembourg et membre de l’UniGR-Center for Border Studies. Ses recherches portent sur le travail frontalier au Luxembourg et dans la Grande Région SaarLorLux. Elle a notamment co-édité avec Rachid Belkacem un ouvrage sur le travail frontalier dans la Grande Région SaarLorLux (PUN, 2012). La comparaison avec d’autres espaces concernés par le travail frontalier est également au cœur de ses récentes recherches.

Cédric Duchêne-Lacroix est chercheur en sciences de la société à l’Université de Bâle depuis 2007 et en développement durable à la HEIG-VD d’Yverdon depuis 2020. Dans les domaines de la sociologie de l’espace, il a contribué à l’émergence du champ de recherche sur la multilocalité et travaille aussi les questions transfrontalières dans une perspective transdisciplinaire, alliant conceptualisation et regards empiriques. Il est co-fondateur de réseaux européens de chercheurs dans les domaines cités.

Avec le soutien financier de l’UniGR-Center for Border Studies.

Sommaire

Introduction

Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth, Cédric Duchêne-Lacroix.

Chapitre I

Les navetteurs au prisme de la multidimensionnalité des espaces transfrontaliers : Territoire, écosystème, espace vécu, discours

Cédric Duchêne-Lacroix.

Chapitre II

Portraits sociodémographiques et économiques des travailleurs frontaliers en Suisse

Isabelle Pigeron-Piroth.

Chapitre III

Devenir frontalier en Suisse romande. Enquête parmi les candidats à l’emploi frontalier et les frontaliers débutants

Nasser Tafferant, Claudio Bolzman.

Chapitre IV

Au-delà du travail : Les pratiques sociales extra-professionnelles des travailleurs frontaliers en Suisse

Claudio Bolzman, Nasser Tafferant, Paola Solcà.

Conclusion générale

Rachid Belkacem, Isabelle Pigeron-Piroth, Claudio Bolzman, Cédric Duchêne-Lacroix.

Nouvelle publication

Les dimensions spatiales et socioprofessionnelles du travail frontalier aux frontières franco-suisse et franco-luxembourgeoise (I. Pigeron-Piroth et R.Belkacem) dans le dernier numéro de Geo-Regards n°13-2020/VARIA

Geo-Regards n°13/2020 Ce numéro aborde plusieurs formes de mobilité : le travail frontalier, les choix résidentiels des étudiants, les séjours à l’étranger des jeunes, la pratique « de la zone » en milieu urbain. Il interroge également les politiques territoriales en analysant le modèle de la ville apaisée, l’évolution des principes et les documents de planification ainsi que la mise en place de circuits alimentaires de proximité. Il s’intéresse finalement à la place de la géographie dans l’enseignement et, plus particulièrement, aux plans d’étude au lycée et au potentiel de la cartographie 2.0.

Cet article analyse les principales dimensions spatiales et socioprofessionnelles des travailleurs frontaliers aux différentes frontières de la France, notamment au sein des pôles d’emploi transfrontaliers de Genève, Bâle et de Luxembourg. Il s’appuie sur une exploitation des données du recensement français de la population, complétées par les données issues des pays de travail des frontaliers. Si les travailleurs frontaliers ont des caractéristiques sociodémographiques relativement communes aux différents pôles d’emploi transfrontaliers (plutôt des hommes, relativement jeunes…), l’article met en lumière une spécificité territoriale des profils socioprofessionnels en fonction des différents espaces transfrontaliers observés. Le travail frontalier constitue alors une modalité de la gestion territoriale de la main-d’œuvre et des compétences.

This article analyzes the main spatial and socio-professional dimensions of cross-border workers at the different borders of France, particularly within the cross-border employment poles of Geneva, Basel and Luxembourg. It is based on data from the French population census, supplemented by data from the countries where cross-border workers work. While cross-border workers have socio-demographic characteristics that are relatively common to the different cross-border employment centres (mostly men, relatively young, etc.), the article highlights the territorial specificity of socio-professional profiles according to the different cross-border spaces observed. Cross-border work thus constitutes a modality of territorial management of labor and skills.

Plus d’information sur le n°13/2020 de Geo-Regards

Publication accessible sur ORBI

Les travailleurs frontaliers au Luxembourg et en Suisse: Emploi, Quotidien et Perceptions

Petits pays ayant d’importants besoins de main-d’œuvre, le Luxembourg et la Suisse attirent tous deux un grand nombre de travailleurs frontaliers. C’est dans une perspective comparative que les 19 auteurs impliqués dans ce Cahier Thématique analysent la situation des travailleurs frontaliers dans les principaux pôles d’emploi transfrontaliers (Luxembourg, Bâle, Genève), mais également au Tessin. En tenant compte des éléments contextuels et méthodologiques, géographes, économistes, sociologues et politologues se focalisent sur les questions d’emploi, le quotidien transfrontalier et les perceptions des frontaliers par la société. Cette approche collective et pluridisciplinaire est résumée par les éditeurs en identifiant des enjeux communs pour le Luxembourg et la Suisse.

Pigeron-Piroth, Isabelle & Wille, Christian (éd.) : Les travailleurs frontaliers au Luxembourg et en Suisse : Emploi, Quotidien et Perceptions. UniGR-CBS Borders in Perspective thematic issue 2019 (2) télécharger

Le travail frontalier en Suisse et au Luxembourg

Le travail frontalier et les travailleurs frontaliers sont peu connus.

À travers plusieurs réunions de travail, des colloques communs et des publications, nous, chercheurs de Suisse et du Luxembourg, avons identifié le potentiel d’un travail commun et comparé entre la situation hélvétique et luxembourgeoise. Ceci nous a conduit à mettre en place en 2018 le groupe de recherche « LABOR SwissLux – Labour across Borders ». Ce groupe réalise des activités de recherche sur le travail frontalier (p.ex. projets, conférences, publications etc.) et associe des chercheurs s’intéressant à l’emploi et aux travailleurs frontaliers. LABOR SwissLux est pluridisciplinaire, multisite, et plurilingue (français, allemand, anglais). Encore en phase de constitution, LABOR SwissLux a comme objectifs à court terme, la réalisation d’un site web, des publications communes, la mise en place d’une organisation interne, et le dépôt de projets de recherche.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search