Axes de recherche

Le programme de recherche du groupe LABOR SwissLux s’inscrit dans quatre axes d’investigation.

1/ La mobilité transfrontalière

Un intérêt particulier est porté à la mobilité transfrontalière sous toutes ses formes : mobilité géographique (notamment les déplacements journaliers), mais aussi les mobilités résidentielles, les trajectoires professionnelles … Les questionnements sont évidemment nombreux et interrogent les liens entre frontière et mobilité. Comment la frontière impacte-t-elle ces mobilités? Constitue-t-elle un frein ou bien un accélérateur de ces mobilités ? Comment la frontière structure-t-elle, in fine, ces mobilités ? Et en retour comment ces mobilités agissent-elles sur la structuration et la dynamique de développement de ces espaces transfrontaliers. Sur un plan méthodologique, nous disposons de données statistiques qui produisent surtout des données de stock de part et d’autre des frontières. Mais les définitions et méthodes de collecte ne sont pas toujours harmonisées (un des effets de la frontière). Notre groupe de chercheurs vise à réfléchir à l’élaboration d’outils statistiques capables de produire des données de flux pour mieux cerner ces mobilités, leurs contours et leurs formes.

2/ Les espaces/territoires transfrontaliers

Le second axe de recherche porte sur les espaces/territoires transfrontaliers sous l’angle de leur structuration, de leur dynamique de développement et de la coopération transfrontalière. Là les questions sont également nombreuses. Comment la frontière et la présence de nombreux flux transfrontaliers impactent-elles ces trois dimensions des territoires (structure, développement et coopération) ? La frontière constitue-t-elle une ressource pour ces territoires ? Comment ces territoires transfrontaliers s’organisent-ils ? Comment la frontière est-elle appréhendée dans les politiques locales ? Quelle forme et quels contenus prennent les programmes de coopération transfrontalière ? Sur un plan méthodologique, les travaux des géographes sont d’un grand apport pour ce qui concerne notamment les techniques de cartographie de l’espace transfrontalier.

3/ L’inclusion transfrontalière

Le troisième axe porte sur la question de l’inclusion transfrontalière sous l’angle des modes de vie transfrontaliers (domaines socioculturels et professionnels). Quelles sont les pratiques culturelles, sportives, de dépenses des travailleurs frontaliers et plus globalement des citoyens vivant au sein de ces territoires transfrontaliers ? Comment ces derniers se sont-ils appropriés leurs territoires transfrontaliers ? Comment la frontière agit-elle sur ces pratiques ?

4/La citoyenneté transfrontalière

Enfin, le quatrième et dernier axe s’intéresse à la citoyenneté transfrontalière. Il s’agit ici d’analyser ses formes et ses déterminants. Voit-on émerger une identité locale transfrontalière ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search