Nouvelle publication

National Populism and Borders. The Politicization of Cross-border Mobilizations in Europe

National Populism and borders (Mazzoleni et al., 2023), Edward Elgar Publishing

Entretien avec Andrea Pilotti, maitre d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et co-auteur de l’ouvrage

Quels sont les principaux résultats de votre chapitre Relations transfrontalières et politisation nationale-populiste: une perspective citoyenne dans 3 régions suisses?

Les trois études de cas se caractérisent par trois typologies de coopération. La région de Bâle constitue l’exemple de coopération positive et de longue date dans un contexte politique où les revendications nationales-populistes de rebordering (c’est-à-dire de renforcement du contrôle des frontières) sont presque absentes et n’affectent pas du tout l’agenda politique de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Au Tessin en revanche la coopération transfrontalière est plus récente et plus conflictuelle. Elle a commencé beaucoup plus tard par rapport à Bâle et Genève. Un contexte de faible intégration sociale et de collaboration institutionnelle limitée qui facilite l’émergence et la consolidation de controverses au cours des années 2000 (notamment à l’encontre des travailleurs·ses frontalier·e·s)  avec la mobilisation nationale-populiste de la Ligue des Tessinois et de l’Union démocratique du centre. Enfin, Genève constitue un exemple de cas « hybride ». D’une part, il affiche la deuxième plus grande proportion de travailleurs·ses frontalier·e·s et voit l’apparition du Mouvement citoyens genevois (MCG) qui a animé le débat politique avec des revendications très similaires à celles de la Ligue des Tessinois (notamment au sujet d’une préférence des résidant·e·s sur le marché de l’emploi ou d’une limitation du nombre de frontalier·e·s) . Mais d’autre part, le succès du MCG a été limité. Après les premiers succès électoraux qui l’ont amené à devenir le deuxième parti du canton de Genève aux élections de 2009 et 2013, il recule sensiblement aux élections cantonales de 2018 (le nombre de sièges au parlement passe de 20 à 11 et le MCG n’est plus que le cinquième parti pour nombre de suffrages). De plus, le canton de Genève se caractérise par un faible taux de soutien aux initiatives nationales-populistes sur les questions européennes ou d’immigration.

Lesquels vous ont le plus surpris ?

Je ne sais pas si l’on peut parler véritablement de surprise, car nous nous attendions quand même à relever des différences dans les opinions des habitant·e·s des trois régions interrogé·e·s sur le thème des relations transfrontalières. Il est vrai néanmoins que nous ne nous attendions pas à ce que les divergences d’opinion apparaissent avec autant de clarté et, je dirais, sans ambiguïté. Les avis des habitant·e·s suisses interpellé·e·s sur la question de la fermeture (rebordering) ou de l’ouverture (debordering) des frontières dans les trois régions (caractérisées d’ailleurs par le taux le plus important de travailleurs et travailleuses frontalier·e·s en Suisse) reflètent de manière fidèle les caractéristiques politiques et institutionnelles des contextes respectifs dans lesquels la coopération transfrontalière a été mise en place et s’est développée.

Comment expliquer de telles différences de perceptions entre le canton du Tessin et celui de Bâle dans les sentiments populistes ?

Les deux régions représentent les deux situations les plus contrastées en Suisse au sujet du thème de la coopération transfrontalière et des jugements que les populations résidantes expriment à cet égard. L’explication des différences observées réside principalement dans les contextes socio-économiques et politiques fort différents entre la région de Bâle et le canton du Tessin qui ont contribué à façonner les opinions des habitant·e·s respectifs·ves. Il existe ainsi une « dépendance au sentier » (path dependency) qui renvoie notamment au rôle des décisions prises au fil du temps par les autorités politiques et qui ont contribué à la construction cumulative d’une approche des relations transfrontalières. Dans la région de Bâle, la coopération transfrontalière est mise sur pied depuis 1963 et, comme déjà évoqué, constitue un exemple de collaboration positive. Au Tessin, l’institutionnalisation de la collaboration est plus récente, datant de 1995 seulement ; de plus, la coopération n’aboutit pas toujours à des résultats jugés performants. Cette différente institutionnalisation des relations transfrontalières dans la réalité bâloise et tessinoise explique aussi l’importance variable jouée par la politisation du thème des frontières. Il existe ainsi une différence substantielle car au Tessin on observe un travail de mobilisation de longue durée des partis nationaux-populistes pour orienter l’opinion des habitant·e·s vers une approche critique et sceptique à l’égard des travailleurs·ses frontalier·e·s et de la coopération transfrontalière en général. Par contre, à Bâle-Ville et à Bâle-Campagne, la mobilisation électorale et référendaire de ces mêmes partis s’avère beaucoup plus faible et marginale.

En savoir plus sur l’étude https://www.e-elgar.com/shop/gbp/national-populism-and-borders-9781802208047.html

Pour toute demande complémentaire andrea.pilotti@unil.ch



Citer ce billet
Isabelle Pigeron (2023, 5 janvier). Nouvelle publication. Le travail frontalier en Suisse et au Luxembourg. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovt8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search