« Ici et là-bas, les mondes connectés des travailleurs frontaliers »

Exposition-photo présentée à Lausanne, le 12 juillet 2022 à l’occasion de la journée d’étude annuelle. 



Entretien avec Nasser Tafferant,  sociologue et documentariste, auteur de plusieurs photos prises en immersion auprès des travailleurs frontaliers en Suisse Romande


Les mondes des frontaliers que tu as pu suivre sont-ils connectés ou déconnectés ? et dans  quels domaines ? Comment peut-on l’expliquer ?

La première réponse que l’on peut donner est que l’interconnexion de ces deux mondes dépend en grande partie de l’ancienneté dans le travail frontalier. Celles et ceux qui sillonnent ainsi depuis de nombreuses années les routes pour se rendre à leur travail en Suisse romande ont su trouver le bon équilibre leur permettant d’être connecté.e.s à la fois ici et là-bas. A titre d’exemple concret, les frontaliers restent joignables en cas d’urgence sur leur téléphone cellulaire lorsqu’ils sont au travail. D’autres n’hésitent pas à écrire des messages ou émettre des appels vers la France durant les pauses, profitant ainsi des tarifications avantageuses mises sur le marché par certains opérateurs téléphoniques. Pour cela, les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux… sont autant d’outils qui assurent une connexion quasi permanente avec le pays de résidence où la vie suit son cours normal dans les domaines de la vie familiale, associative, de la santé, de divers projets personnels.

Si déconnexion il y a, celle-ci n’est que temporaire. Pour les travailleurs frontaliers expérimentés, celle-ci s’opère plus ou moins discrètement en situation de travail par souci de rigueur professionnelle. En revanche, s’agissant des frontaliers débutants, la connexion entre les deux mondes reste encore à établir de façon optimale, tant leur paraît grand l’effort d’adaptation à un nouveau monde du travail avec ses codes, ses procédures, ses mentalités qu’ils ne maitrisent pas encore. Pour ces frontaliers débutants, non seulement la connexion est difficile, et j’ajouterai que la déconnexion leur est dans un premier temps nécessaire afin de prendre les marques là-bas sans s’emmêler les pinceaux, souffler un peu lorsqu’ils retrouvent le domaine du chez-soi là où les repères sont les plus stables.

« Travailler aux confins », Bardonnex, 27 février 2017, 7:58 a.m. ©Nasser Tafferant

 

Est-ce propre à la Suisse Romande ?

Non, je ne pense pas que ce soit propre à la Suisse romande. Je pense que c’est une expérience universelle relative aux lieux frontières et plus généralement à tous ces lieux de passage qui voient défiler quotidiennement des travailleurs étrangers. A l’évidence, ces passages n’ont pas qu’une simple fonction professionnelle. Je pense que l’esprit du voyageur, de l’aventurier, du routard prévaut dans l’esprit du travailleur frontalier. Et ce n’est que par ce biais aventureux que la magie des rapprochements culturels opère. Des amitiés et des amours peuvent ainsi voir le jour dans l’entre-deux, pour parfois ne finir que d’un seul côté de la frontière. J’aime l’idée d’un nomadisme professionnel qui incline le travailleur frontalier à dépasser l’image de simple collègue pour mieux le découvrir, et aussi lui transmettre une part de soi.

 « On sent qu’on n’est pas dans le même tempo (que les résidents suisses). Les gens te proposent d’aller boire un coup dans le bar d’à côté, mais moi je ne peux pas le faire parce que j’ai mon train à prendre. C’est dommage parce qu’on rate plein de choses. Un des problèmes fondamentaux du frontalier, c’est que le tissu social se construit beaucoup plus lentement. Vous êtes déconnecté de tout ce qui fait la vie sociale. Or, l’une des caractéristiques en Suisse, c’est qu’il y a un temps pour le travail, un temps pour le loisir, et ce n’est jamais le même moment ni jamais le même endroit », Eddy, 45 ans, Consultant marketing à Genève.

Comment as-tu procédé pour prendre des photos et recueillir les témoignages ?

J’ai simplement procédé par immersion, tirant avantage du fait que j’étais moi-même un frontalier au moment où je participais à cette enquête sociologique passionnante sur les travailleurs frontaliers en Suisse romande. J’ai d’abord pris le temps de tisser des liens de camaraderie et de confiance au cours des trajets quotidiens. Les lieux de halte, les trajets qui n’en finissaient pas aux heures de pointe, cela nous inclinait à faire connaissance pour « tuer le temps » comme on dit, et rendre les retours au domicile plus plaisants. Les trajets nous paraissaient ainsi plus confortables et « raccourcis ». Dans un second temps, une fois que l’on m’avait identifié dans ma peau de sociologue, j’invitais les passagers à participer à l’enquête de terrain en répondant à quelques questions. Ce n’est que dans un troisième et dernier temps que j’examinais la possibilité de les prendre en photo durant les trajets avec leur accord. Quant aux passagers qui ne souhaitaient pas être photographiés, je leur demandais de m’indiquer les chemins qu’ils empruntent chaque jour, par-delà la frontière, pour se rendre à leur travail, et vice-versa à leur domicile. Puis j’allais à leurs traces d’une certaine façon, pour photographier ces lieux de passage. De retour au bureau, ces photos avaient pour moi la valeur de données ethnographiques précieuses que je pouvais en outre associer aux témoignages. L’idée me vint que la première chose que je devais faire, c’était de créer une exposition.

 

 



Citer ce billet
Isabelle Pigeron (2022, 19 juillet). « Ici et là-bas, les mondes connectés des travailleurs frontaliers ». Le travail frontalier en Suisse et au Luxembourg. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovt5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search