Publication chez l’Harmattan

Un ouvrage collectif sur les travailleurs frontaliers en Suisse intitulé:

« ÉTRANGERS FAMILIERS Les travailleurs frontaliers en Suisse: Conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques »

vient de paraitre aux Editions l’Harmattan.

La Suisse est le pays d’Europe attirant le plus grand effectif de travailleurs frontaliers (343 000 fin 2020), avec une forte augmentation durant les dernières décennies. La pandémie a par ailleurs souligné les interdépendances entre les pays et le rôle central du travail frontalier dans certaines régions transfrontalières.

 

Couverture de l’ouvrage Etrangers familiers. Les travailleurs frontaliers en Suissse : conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques (Bolzman, Pigeron-Piroth, Duchêne-Lacroix, 2021, L’Harmattan)

Entretien avec les éditeurs Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth et Cédric Duchêne-Lacroix

Pourquoi un projet de livre sur le travail frontalier ? et pourquoi en Suisse ?

Par leur va-et-vient quotidien, les frontaliers assurent de la continuité entre différents espaces tout en expérimentant la discontinuité politique et institutionnelle. La pandémie a par ailleurs souligné les interdépendances entre les pays et le rôle central du travail frontalier dans certains secteurs d’activité et pour certaines régions transfrontalières (certains cantons suisses ou encore au Luxembourg).

Comme la Suisse est le pays d’Europe attirant le plus grand effectif de travailleurs frontaliers (343 000 fin 2020), avec une forte augmentation durant les dernières décennies, le choix de la Suisse comme espace d’analyse s’est imposé. Souvent appréciés, parfois décriés, ces travailleurs frontaliers occupent une place importante dans le paysage économique, politique et social de Suisse. Pourtant, ils sont relativement peu connus. A cheval entre deux pays, leurs modes de vie, leur statut spécifique, leur pratique de la frontière interrogent. Dans ce livre, leur emploi, leur quotidien et leurs pratiques sont passés au crible à la lumière d’entretiens et de données statistiques, révélant au passage la diversité des situations selon les cantons (Genève, Bâle, le Tessin, Vaud, le Jura et Neuchâtel).

Pourquoi ce terme d’Etrangers familiers comme titre de l’ouvrage ?

Parce que les travailleurs frontaliers sont à la fois des étrangers, vivant dans un autre pays et n’ayant pas la nationalité de leur pays d’emploi. Mais ils sont également familiers, car ils traversent la frontière pour exercer leur activité professionnelle et parfois d’autres activités (comme le shopping) en Suisse. Cette population familière est côtoyée tous les jours, mais finalement peu connue.

Quels sont vos principaux résultats ?

Plusieurs facettes du travail frontalier apparaissent à travers cet ouvrage.

Tout d’abord à travers la difficile identification, et mesure du travail frontalier, le livre aborde les aspects méthodologiques de la recherche sur le travail frontalier. La difficulté est aussi celle de la comparabilité :  la question des définitions et des échelles de part et d’autre des frontières est centrale. Trouver des indicateurs et des sources réellement transfrontaliers et comparables est un vrai défi à relever.

La prise en compte de la complexité et de l’épaisseur  de l’espace frontière est nécessaire afin de dépasser le simple trait sur une carte. Une grille d’analyse à plusieurs dimensions et paramètres fournit des outils conceptuels plus appropriés à la spécificité de ces espaces.

La grande diversité de profils des travailleurs frontaliers selon leur canton de travail en Suisse est nette. Elle est liée entre autres aux spécificités territoriales et aux ancrages de certaines activités historiques (comme l’horlogerie dans l’Arc jurassien, l’industrie à Bâle …). Près d’un frontalier sur quatre travaillant à Bâle, à Vaud  ou au Tessin a un emploi dans l’industrie, c’est près de 50% dans le Jura et à Neuchâtel. Alors qu’à Genève, l’activité des frontaliers est plus variée, entre le commerce, la santé, l’industrie mais aussi le travail intérimaire et les activités scientifiques (en forte hausse ces vingt dernières années).

La diversité des pratiques mais aussi des perceptions, se note également lorsqu’on analyse les personnes accédant (ou souhaitant accéder) à l’emploi frontalier. Les situations professionnelles en amont du projet frontalier sont très contrastées. On est parfois frontaliers de père/mère en fils/fille. Et le fait de devenir frontalier peut être pour certains un objectif, pour d’autres un hasard, ou encore une simple étape de leur trajectoire professionnelle.

Les frontaliers ne sont pas uniquement des travailleurs : ils ont des pratiques transfrontalières. L’intensité des activités extra-professionnelles (associatives, syndicales…)  en Suisse varie en fonction du nombre d’années de travail en Suisse, du lieu de résidence et du type de travail, mais aussi du fait d’avoir déjà séjourné ou fait des études en Suisse.

Quel est le lien entre ce livre et le Groupe de recherche helvético-luxembourgeois LABOR SwissLux ?

Les travaux menés pour cet ouvrage ont constitué les prémices de la création du groupe LABOR SwissLux. Les auteurs de ce livre sont les membres fondateurs de ce groupe de chercheurs de Suisse et du Luxembourg intéressés par ces questionnements autour du travail frontalier, et notamment les similitudes et différences pour ces deux pays qui attirent à eux deux plus d’un demi-million de travailleurs frontaliers, et qui ont donné lieu à une conférence et une publication sur ce thème (voir http://cbs.uni-gr.eu/fr/ressources/publications/cahiers-thematiques/borders-perspective-vol-2  )

Données bibliographiques

Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth et Cédric Duchene-Lacroix (Ed.) : Étrangers familiers. Les travailleurs frontaliers en Suisse : Conceptualisation, Emploi, Quotidien et Pratiques. L’Harmattan, 2021.

Plus d’informations : https://www.editions-harmattan.fr/livre-etrangers_familiers_les_travailleurs_frontaliers_en_suisse_conceptualisation_emploi_quotidien_et_pratiques_claudio_bolzman_isabelle_pigeron_piroth_cedric_duchene_lacroix-9782343237596-71385.html

Les auteurs (par ordre alphabétique) : Rachid Belkacem, Claudio Bolzman, Cédric Duchêne-Lacroix, Isabelle Pigeron-Piroth, Nasser Tafferant, Paola Solcà.

Les éditeurs

Claudio Bolzman est docteur en sociologie de l’Université de Genève. Il est professeur honoraire à la Haute école de travail social (HES-SO-Genève), et professeur associé au Master international en migrations et au Doctorat en mobilité humaine de l’Université de Valencia. Il est l’auteur de nombreuses publications sur les questions migratoires, transfrontalières et transnationales.

Isabelle Pigeron-Piroth est chercheure à l’Université du Luxembourg et membre de l’UniGR-Center for Border Studies. Ses recherches portent sur le travail frontalier au Luxembourg et dans la Grande Région SaarLorLux. Elle a notamment co-édité avec Rachid Belkacem un ouvrage sur le travail frontalier dans la Grande Région SaarLorLux (PUN, 2012). La comparaison avec d’autres espaces concernés par le travail frontalier est également au cœur de ses récentes recherches.

Cédric Duchêne-Lacroix est chercheur en sciences de la société à l’Université de Bâle depuis 2007 et en développement durable à la HEIG-VD d’Yverdon depuis 2020. Dans les domaines de la sociologie de l’espace, il a contribué à l’émergence du champ de recherche sur la multilocalité et travaille aussi les questions transfrontalières dans une perspective transdisciplinaire, alliant conceptualisation et regards empiriques. Il est co-fondateur de réseaux européens de chercheurs dans les domaines cités.

Avec le soutien financier de l’UniGR-Center for Border Studies.

Sommaire

Introduction

Claudio Bolzman, Isabelle Pigeron-Piroth, Cédric Duchêne-Lacroix.

Chapitre I

Les navetteurs au prisme de la multidimensionnalité des espaces transfrontaliers : Territoire, écosystème, espace vécu, discours

Cédric Duchêne-Lacroix.

Chapitre II

Portraits sociodémographiques et économiques des travailleurs frontaliers en Suisse

Isabelle Pigeron-Piroth.

Chapitre III

Devenir frontalier en Suisse romande. Enquête parmi les candidats à l’emploi frontalier et les frontaliers débutants

Nasser Tafferant, Claudio Bolzman.

Chapitre IV

Au-delà du travail : Les pratiques sociales extra-professionnelles des travailleurs frontaliers en Suisse

Claudio Bolzman, Nasser Tafferant, Paola Solcà.

Conclusion générale

Rachid Belkacem, Isabelle Pigeron-Piroth, Claudio Bolzman, Cédric Duchêne-Lacroix.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Pigeron (25 octobre 2021). Publication chez l’Harmattan. Le travail frontalier en Suisse et au Luxembourg. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://frontaliers.hypotheses.org/169


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search